Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
MARIE DAILY

MARIE DAILY

Deco, Kids & co.

Les 10 livres jeunesse qui m'ont marquée

Bonjour à tous,

Alors que d'aucuns partagent la liste des dix livres qui les ont marqués sur les réseaux sociaux... j'ai eu l'envie de partager ma liste "jeunesse" et j'espère faire découvrir quelques perles ou donner un point de vue personnel sur certains classiques.

Dans le désordre :

 

Tistou les pouces verts, Maurice Druon (texte) et Jacqueline Duhême (1957)

Tistou à le don de faire pousser des fleurs là où il veut... Derrière cette belle idée, se cache un livre profond et poétique qui aborde la guerre, la tristesse, la mort, mais aussi l'espoir et le courage.

                                           

 

 

Le môme en conserve, Christine Nöstlinger (1981)

C'est l'histoire d'une anti-conformiste, mère malgré elle et d'un enfant trop poli. Belle éloge de la différence et de l'impertinence.

                                      

 

Les chatons barbouilleurs, Margaret Wise Brown (texte) et Alice Provensen (illustrations) (fin des années 1940)

Je me souviens, lorsque j'étais en 4e au collège, mon professeur de français avait analysé "musty" à la lumière du carré sémiotique afin de mettre en avant le caractère policé du petit chat. J'ai alors réalisé d'où venait ma sympathie pour le désordre et l'impertinence :

Dans Les chatons barbouilleurs, Sage et Image, les deux chatons apprennent à mélanger les couleurs pour en faire de nouvelles. Ils finissent par mélanger toutes les couleurs et toutes les couleurs se mélangent dans une rivière arc-en-ciel... Le livre se conclu "Bravo pour les couleurs de Sage, Bravo pour les couleurs d'Image, Bravo pour les deux chatons barbouilleurs, Bravo pour toutes les couleurs... et maintenant, soyons sages"...

                                           

 

Les petites filles modèles, La Comtesse de Ségur (1858)

Non, toutes mes lectures de petite fille ne sont pas transgressives et iconoclastes. A vrai dire, j'aimais Camille et Madeleine. J'aimais cette morale rassurante qui veut que l'obéissance soit récompensée. J'aimais aussi le vocabulaire suranné...

                                   

 

 

Eloïse, Kay Thompson (1955)

... mais j'aimais aussi l'idée qu'on peut être adorable tout en étant désordonnée, fofolle, malicieuse et désobéissante!

                            

 

Mathilda, Roald Dahl (texte) et Quentin Blake (illustrations) (1988)

A l'instar de Tistou les pouces verts, je trouve que Mathilda aborde de manière très légère des thèmes difficiles tels que la cruauté, l'injustice ou l'autoritarisme.

                                           

 

Deux pour une, Erich Kästner (1949)

Ici deux petites filles vont renverser leur destin. Sur le divorce. Sur le rêve (le fantasme) de chaque enfant de pouvoir agir sur les choses qu'il ne maîtrise malheureusement pas.

                               

 

Les contes de la rue Broca, Pierre Gripari (texte) et Claude Lapointe (illustrations) (1967)

Celui qui peut penser à un placard à balai sans avoir envie de botter le derrière d'une sorcière n'a jamais lu Pierre Gripari.

                               

 

Viou, Henri Troyat (1980)

Mon premier livre de grand (tu parle c'était écrit "de l'académie française"). Livre très touchant et psychologique sur la guerre, le deuil et la spiritualité.

                                                         

 

- Les vacances du Petit Nicolas, Jean-Jacques Sempé (texte) et René Goscinny (1962)

L'univers farfelu et poétique de Nicolas séduit tout le monde!

 

Les 10 livres jeunesse qui m'ont marquée

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article