Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
MARIE DAILY

MARIE DAILY

Deco, Kids & co.

Le marking féministe #notinmyname

Bonjour à tous,

Hier, l'édition "spéciale mode" du mois de mars du magazine Elle Belgique est sortie en kiosque. Classiquement, on nous présente les tendances des cat walks, un peu de people bashing et un dossier incroyablement intéressant sur le "Mercato de la mode" (qui part? qui reste?).

Sauf qu'au mois de mars, il y a aussi le 8 mars... Journée Internationale de la Femme et qu'il est de bon ton, même si on s'en fout 364 jours par an, d'embrasser la noble cause des femmes.

Du coup à la rédac de Elle Belgique on s'est dit : "Ouais les filles, pas de bol, cette année la journée de la femme va encore tomber en même temps que notre Special mode. On s'en fout, mais faut quand même qu'on en parle alors trouvez moi des idées"...

C'est là que la community manager de Elle a une super idée :

- "Ouais, demain sur le feed facebook, je poste sur la detox, la manucure, donc pas vraiment de place pour un billet sur le thème, mais dans le cadre du concours pour la promo du numéro, je peux toujours poser une question sur l'émancipation des femmes, à la limite."

- "Ah ouais, super! Demande la date de la dépénalisation de l'avortement. C'est hyper important ça et puis c'est engagé à fond. N'empêche c'est ringard le féminisme. Vous avez pas une idée pour rendre ça fun et sexy".

- "Ah ouais, samedi aux Jeux, il y a l'attaché presse de Charles Michel qui a proposé un shooting pour dire qu'il est féministe".

Du coup ça donne ça!

Le marking féministe #notinmyname

Alors moi, je suis choquée :

  • Elle confond marketing et féminisme et communication et journalisme

Si notre premier a l'occasion de faire une comm gratos (en tout cas, on ose espérer), on va pas le lui reprocher. Je veux même bien accepter qu'en tant qu'individu, il soit sensible à la cause des femmes. Cependant, c'est un FAIT que le gouvernement dont il est le chef est un gouvernement tout à fait misogyne. Et le rôle des journalistes (à supposer qu'il y en a à la rédaction de Elle) est de faire une analyse critique des politiques en Belgique et identifier comment elles défavorisent les femmes ou au contraire, contribuent au renforcement de leur rôle dans la société.

Quand je fais cet exercice, je m’aperçois que ces dernières années (sous le gouvernement du féministe en carton Ch. Michel, mais aussi sous le gouvernement précédent), les femmes sont les premières précarisées. Parmi les mesures les plus éloquentes :

- l'exclusion des chômeurs (60% sont des femmes)

- la fin de l'exemption pour des raisons sociales et familiale (concerne pour 90% les femmes)

Je suis pourtant convaincue que le life style est compatible avec du journalisme de qualité. Je déplore que Elle s'évertue à prouver le contraire.

  • Elle ne respecte pas son lectorat

Dans son livre Françoise, Laure Adler - qui n'a pas son pareil pour mettre en avant les destins de femmes d'exception (Hanna Arendt, Marguerite Duras, Simone Weil notamment) - revient sur les débuts du magazine Elle, dont la direction de la rédaction est confiée à Françoise Giroud.

"Françoise Giroud, écrit L. Adler, n'aura de cesse de défendre l'autonomie intellectuelle des femmes en politique, ainsi que leur droit d'avoir des enfants sans passer par la case mariage". Cette ligne éditoriale est reprochée par Pierre Lazareff, co-créateur du journal. Celui-ci répète à Fr. Giroud que "la lectrice type est une habitante d'Angoulême, âgée de trente à trente-cinq ans, mariée et mère d'un à trois enfants".

Pourtant Françoise Giroud a plus d'estime et d'ambition pour son lectorat et le ton plait à la nouvelle génération.

Ce qui fait un grand magazine, c'est d'anticiper et de provoquer les changements, pas de suivre mollement une tendance tiède.

Des vrais féministes à mettre en avant il y en a. Je pense par exemple le Dr. Mukwege, gynécologue congolais qui répare les femmes abusées et violentées sexuellement. Singulièrement cet homme n'a jamais eu besoin de mettre un t-shirt pour affirmer son féminisme.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Aurélie 22/02/2015 17:26

De 1 : arrêtez de chercher la petite bête où elle n'est pas. Qu'y a-t-il de mal à demander l'âge de la loi sur l'avortement pour le concours du numéro de mars? Aucun. Chaque mois, 4 questions sont piochées dans le numéro qui va sortir pour les concours donc ça n'a aucun rapport avec le fait de vouloir placer la cause féminine dans le mag.

De 2 : le vrai féminisme c'est de vouloir l'égalité des sexe sur TOUS les plans et pas seulement ceux qui vous arrangent. Oui, l'exclusion du chômage et la fin de l'exemption touchent plus les femmes mais c'est leur choix personnel de ne pas travailler pour diverses raisons. Donc, s'il y a plus de femmes au chômage, c'est parce qu'elles sont plus nombreuses à décider de ne pas travailler. Point. Arretez de victimiser les femmes, ce n'est pas servir la cause féministe.

Aurélie 25/02/2015 14:39

En effet, le but n'était pas de placer un "thème" féministe dans les questions, cela a été fait totalement "au hasard" puisque les réponses aux questions posées doivent être faciles à retrouver sur le net pour les participantes. Mais si c'est l'impression que cela donne, c'est effectivement une question à se poser.

Je comprends bien (et mieux maintenant) votre point de vue et vous remercie également d'avoir pris le temps de mieux l'expliquer.

Marie b 23/02/2015 09:28

Aurélie,

Je déduis de certains éléments dans votre commentaire que vous êtes, à tout le moins, proche de l’équipe de rédaction de Elle. J’apprécie beaucoup votre réaction et c’est tout à l’honneur de Elle de répondre aux critiques de ses lectrices.

Dans votre commentaire, vous faites allusions aux commentaires sous l’article de Ch. Michel sur la page de Elle (qui sous-entendent que les mesures du gouvernement – et du précédent - sont spécialement tournées contre les femmes). Il est évident sous un article mettant en avant une personnalité politique, il y aura toujours de nombreux commentaires négatifs de la part de personnes opposées aux idées politiques défendues par cette personne (qui qu’elle soit). Même si je partage l’opinion de certaines personnes qui se sont exprimées en ce sens, mon propos n’est pas de ceux-là. Dans mon billet, j’exprime – avec humeur certes – mon regret qu’il n’y ai pas plus de travail journalistique dans Elle (vs. de la communication, voire du marketing) et le sentiment (je parle ici de sentiment = ressenti)que Elle a un peu de mal à trouver une place pour le féminisme dans ses pages (ce qui pourtant est l’essence du magazine) = problèmes de cohérence et de consistante.

Or donc, pour tenter de répondre à votre remarque sur le concours : non évidemment il n’y a pas de mal à demander l’année de la dépénalisation de l’avortement en Belgique dans un concours… Mais : Ce n’est pas la première fois que j’ai le sentiment que Elle « place » une question/un thème « féministe » dans une place incongrue et sorti de nulle part. Cela donne l’impression que Elle, de temps en temps, se rappelle son identité première et ressente de temps en temps le besoin de l’affirmer, sans qu’il n’y ai vraiment une info/un travail journalistique qui l’accompagne… Après, si je suis encore une lectrice occasionnelle de Elle et que je suis Elle sur FB, je n’ai pas non plus une vue exhaustive de sa communication. Mais, sans être une grande affictionada, je crois que je représente (par la fréquence de ma lecture du magazine et le suivi via fb) une grande partie du lectorat. Si je me trompe dans ma perception, c’est aussi une opportunité pour Elle de s’interroger sur l’image qu’elle transmet à son électorat moyen. Est-elle bien conforme à ce que la rédaction veut donner ?

En ce qui concerne maintenant les causes de la précarité des femmes en Belgique, je suis partiellement d’accord avec vous. Le sens du sacrifice (ou du retrait, ou le fait que les femmes ont moins d’ambition, sont moins égoïstes = choses bonnes ou mauvaises c’est selon) est encore fort culturellement induit dans notre société, dès l’enfance. Cela peut conduire à des situations plus fragiles. Tout à fait d’accord, et j’invite de tout cœur, Elle à écrire et travailler sur ces sujets. Voilà un excellent thème pour un travail journalistique.

Cependant, étant comme je vous dis, dans une équipe de direction, je suis régulièrement confrontée à du machisme et je peux attester que les employeurs sont souvent réticents à engager des femmes pour certaines fonction (notamment celles qui impliquent de la flexibilité). Au final, les employeurs présupposent aussi, à priori, que les femmes sont celles qui se « sacrifient » le plus dans un couple pour leur famille. Les femmes sont donc deux fois « pénalisées » par cette représentation (entre « .. » car la consonance péjorative porte un jugement qui n’est pas forcément correct… ça peut être /devrait être un choix en pleine conscience le cas échéant). A nouveau, ce thème pourrait faire l’objet de nombreux travaux journalistiques.

Le manque de travail journalistique (mais il existe tout de même ! je ne le nie pas) à Elle est justement ce que je reproche. Une autre personne manifestement proche de la rédac de Elle concédait sur FB qu’il n’y avait effectivement pas beaucoup de journalistes à la rédac de Elle. Cela découle aussi d'un choix de la direction et c’est un choix que les lecteurs sont aussi en droit de critiquer/reprocher.

Voilà, j’espère avoir été plus précise. Encore merci pour ce dialogue constructif.

Aurélie 22/02/2015 19:34

Vous ne répondez pas vraiment à mon commentaire Marie quand je parle de la question sur l'avortement.

Autrement, je sais que ce n'est souvent pas par choix qu'on est au chômage. Ce que je veux souligner c'est que ces mesures ne sont pas spécialement tournées contre les femmes comme on peut le voir dans les nombreux commentaires sous l'article sur Charles Michel sur la page du ELLE Belgique. La conséquence est qu'il y a plus de femmes au chômage parce qu'elles décident souvent de se "sacrifier" pour mieux s'occuper des enfants ou prennent des emplois à temps partiel ce qui est un choix que les hommes ne font pas souvent. Rien ne nous empêche de faire de même.

marie b 22/02/2015 18:50

Aurelie, oui je trouve que le féminisme arboré par Elle pue le marketing et la façade.

Parailleurs je ne suis pas au chômage maisje suis dans une équipe de direction et je sais que les personnes qui sélectionnent réfléchissent a deux fois avant d engager une jeune femme avec des enfants (ppar contre on ne se pose jamais la question pour un homme) c'est rarement par choix qu on est au chômage de nos jours.

Béa Ercolini 22/02/2015 12:17

J'ai oublié de préciser que je suis rédactrice en chef de ELLE Belgique et que notre community manager est plutôt réticente à la publication de ce genre d'article dont elle doit, en quelque sorte, assurer le service après-vente. Bon dimanche !

Béa Ercolini 22/02/2015 12:15

Je suis entièrement d'accord avec vous : les vieilles recettes ne fonctionnent pas. Je les connais, depuis plus de 25 ans que je traine dans les congrès où un public exclusivement féminin s'interroge sur "pourquoi il y a si peu de femmes ?". Il est temps de trouver de nouvelles voies. Et je compte sur vous, sur toutes, pour rappeler sans cesse à Mr Michel qu'il a porté ce t-shirt (on ne l'a pas forcé) et ce que cela implique.
PS: nous avons parlé du Dr Mukwegé dans de précédents numéros et collaborons à l'organisation d'une soirée de soutien fin mars. Ne la manquez pas !

Bernieshoot 21/02/2015 16:16

Que ton article fait plaisir à lire. je suis aussi choqué que toi par ce marketing et le ire c'est que c'est UNE community Manager; elles sont souvent plus machistes que beaucoup d'hommes et avec elles la loi sur l'avortement n'existerait même pas

Vic 22/02/2015 19:38

Quel est le rapport avec la community manager s'il vous plait? Ce n'est pas elle qui a écrit l'article et la question du concours n'a aucun rapport. Pas la peine de la traiter de machiste sans rien savoir. Et effectivement, le dialogue de début est totalement inventé et très loin du vrai fonctionnement de ce genre de concours.

marie b 21/02/2015 18:10

Merci pour ce commentaire mais le dialogue au début du poste est imaginé. Je ne suis évidemment pas dans les coulisses de la rédaction et c'est évidemment une caricature. Par contre le reste est exact (concours, feed facebook)

Sylf 21/02/2015 14:35

Joliment dit ! J'ai été assez choquée hier de voir la dite photo, on nous prend vraiment pour des quiches !