Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
MARIE DAILY

Deco, Kids & co.

Dis Super Nanny, y a pas que la punition dans la vie!

Bonjour,

Aujourd'hui, j'ai envie de faire d'une pierre deux coups :

1. Un petit coup de gueule par rapport à Super Nanny, une émission qui prône une éducation très très loin des besoins de l'enfant ;

2. Faire une petite étude de cas sur la méthode présentée lundi... (NB : Clairement cette méthode est une base, pas une fin en soi et si je la trouve respectueuse de l'enfant, je ne suis pas forcément toujours d'accord avec ce que F. Dodson dit. Ce que j'ai présenté lundi est ma synthèse personnelle. Je n'ai pas forcément repris tout ce qu'il préconise).

J'ai pris un exemple tout à fait au hasard : L'émission diffusée le 2.12.2013

Erika et Vincent sont les parents de deux petites filles de 4 et 3 ans et d'un petit garçon de 7 mois.

D'emblée la voix off présente le tableau : La petite de trois ans est insolente, le papa démissionnaire et le bébé délaissé... Remarquez s'il vous plait la jolie étiquette collée sur le front de la fillette. Elle est dépeinte comme le problème de la famille (plus loin dans l'émission, on parlera de son côté obscur). "Le problème, c'est les deux filles" dit la mère. Noémie est une petite fille qui "ne fait que taper sa maman".

Le diagnostic tombera plus tard : Le tord de la maman, demande la voie off ? "avoir toujours cédé aux caprices des petites qui aujourd'hui lui font payer son manque d'autorité".

Permettez-moi une autre analyse (et tant pis si j’égratigne les parents, après tout, eux ont choisi, contrairement à leurs enfants, de s'exposer en participant à l'émission)... regardez (10:30) comment la journée commence pour ces "petites filles difficiles" :

"Assiez-toi et mange ton gâteau!", vocifère la "pauvre" maman en présentant agressivement le gâteau. "Dépêche toi! Tu veux pas? Tant pis pour toi!" La petite Noémie n'a pas le temps de revoir son jugement qu'elle est tirée brutalement vers le canapé. "Va au canapé!". Jetée sur le canapé par sa mère, changée, brutalement, devant toute l'équipe de tournage, sans aucun soucis pour la pudeur de l'enfant. Hurlements, cris, bousculades. Pas une parole douce. Pas un signe de tendresse... Puis, oh shocking, à la minute 13:00, l'enfant frappe. Sans blague! J'appelle cela de l'auto-défense. (Notez que la petite partira a l'école le ventre vide).

Cet épisode n'est pas un fait isolé. Plus tard, à nouveau lors du repas, Noémie (3 ans) veut manger avec son doudou (voir ici pour un article sur cet objet transitionnel). Maman ne veut pas et confisque doudou (en quoi ça peut bien la déranger bon sang que l'enfant ait doudou près de lui pendant le repas????). Cris. Pleurs.

Plus tard, en sortie, l'enfant se plaint que sa mère lui fait mal. Pleurs. Cris. Le soir, pendant le bain. Pleurs. Cris.

Cependant, pour Super Nanny, c'est la maman la victime : elle parle de "la violence de Noémie" vs. "la détresse de la maman". Puis encore : "D'habitude on dit que c'est les garçons qui sont terribles, mais là c'est une équipe de football réunie à elle toute seule Noémie". Vision partagée par la grand-mère : "(la maman) ne crie pas quand il faut!". (Moi je trouve qu'elle crie tout le temps).

Je ne parle même pas du père. Ce serait trop long.

Maintenant, revenons à Dodson : Où sont les moments privilégiés entre parents et enfants? Où sont les moments de plaisir? Où sont les paroles valorisantes? La prise en compte des besoins de l'enfant (physiologiques, intellectuels, affectifs)? Inexistants.

En outre, l'enfant est jugé, catégorisé non seulement en fonction de ses actions, mais également en fonction de ses sentiments. Noémie est un monstre car "elle n'aime pas sa maman".

Quelles sont les solutions proposées par Super Nanny?

Soyons de bon compte, quelques propositions (importantes) proposées par Super Nanny sont positives :

- L'abolition des cris et des hurlements. "Les parents doivent donner l'exemple" ;

- La valorisation de l'enfant en lui montrant qu'il peut prendre le bain seul ;

- La création de moment de plaisirs (les poneys - activité dans la nature et en contact avec les animaux - est une activité particulièrement bien choisie) ;

- L'accent mis sur l'importance des moments de tendresse.

Par contre, j'ai identifié au moins deux moments où franchement, Super Nanny aurait pu s'inspirer de Dodson :

1. La punition vs. l'ignorance d'un comportement indésirable

A la minute 43, la petite Sarah "teste les limites" en jouant avec les couverts. Super Nanny punit l'enfant en l'envoyant dans sa chambre. Désormais "la désobéissance aura des conséquences". (Pour un beau billet sur l'obéissance, c'est ici). Pour Super Nanny, il faut montrer à l'enfant que "Super Nanny peut être très en colère et qu'elle peut punir". En gros, qu'elle est forte et l'enfant faible. "Je voulais être sage" pleure l'enfant. Et Super Nanny de mettre le doigt sur l'échec de l'enfant : "Ah oui, tu voulais, mais tu n'as pas été sage". L'enfant a peur. L'enfant a honte.

La voix off de conclure : "Les méthodes fonctionnent. Sarah a bien respecté sa punition et est restée dans sa chambre. Avec fermeté et autorité, les punitions peuvent être respectées."

Effectivement, l'adulte "contrôle" la situation. Mais qu'en est-il de son devoir d'éducation? Comment se développera l'enfant? Dans la peur et la honte.

Pourtant, il y a une alternative :

Le comportement visé ici n'est ni dangereux, ni vandalisant, ni vraiment exaspérant. Il est évident que le comportement ici avait pour objectif d'attirer l'attention des adultes. Et finalement, ce comportement a été "récompensé". Si Super Nanny avait ignoré le comportement, comme proposé par Dodson, il est fort probable que l'enfant aurait arrêté et aurait fini par manger. Sans pleurs. Sans honte. Sans peurs.

2. Encourager un comportement indésirable en lui accordant de l'importance vs. ignorer (à nouveau) le comportement indésirable.

L'exemple ici est beaucoup plus drôle (car l'enfant "gagne" :-)).

A la minute 52, au moment du coucher, Noémie refuse d'aller dormir. Super Nanny confisque une étoile phosphorescente en lui annonçant qu'elle prendra les autres si elle continue à refuser de dormir. Quelle bêtise vraiment : l'enfant voit cela comme un jeu (il n'y à qu'à voir le plaisir que prend Noémie en donnant ses jouets à Super Nanny à 52:57). En lui confisquant l'étoile, Super Nanny lui annonce que le jeu durera au moins aussi longtemps que l'enfant a des jouets. D'ailleurs, la petite n'est pas idiote. Pour prolonger le jeu, elle rappelle à Super Nanny qu'elle a aussi des livres. Finalement, il n'y a plus de jouets et le jeu doit s'arrêter. C'est enfin que l'enfant pleure. Car le jeu s'arrête.

Heureusement, Super Nanny rattrapera la boulette en utilisant les jeux comme "récompense" d'un bon comportement. Sans l'annoncer, après une bonne journée sans cris et disputes, Super Nanny aidée du papa replace les jouets. Finalement, Noémie aura quand même un message clair : on attend d'elle de ne pas se disputer avec sa soeur.

J'en profite pour passer à la moulinette un moto de Super Nanny : "on ne récompense pas un comportement normal". Mais Super Nanny, le partage, la communication non violente, le bain, etc. ne sont pas des comportements "normaux" pour des enfants... ce sont des apprentissages. Alors oui, il y a de quoi applaudir quand un enfant qui ne s'est jamais habillé seul met ses chaussures seul pour la première fois.

Super Nanny, tu dis qu'éduquer c'est aimer. Moi je dis aimer, c'est éduquer.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Qualified cleaning companies use a latest equipment to hold your building. These providers use cleaning up chemicals that happen to be secure and efficient for humankind. These providers use professional environment-friendly cleaning up agents. They give office cleaning up services during timings convenient back. They might clean a person's premises just after office hours which means that your working is definitely unaffected.
Répondre
C
Bonjour,
Oui les punitions ne sont pas nécessaires. Ma mère nous a élevées seule ma sœur et moi suite à une séparation. Nous avons eu que très peu de punitions, mais à la place lorsqu'on faisait quelque chose de mal, maman nous faisait une morale qui nous agaçait parce que nous savions qu'en plus on y aurait droit. Du coup verdict: Nous avons respecté notre mère, nous avons grandi dans un environnement plein d'amour, de câlins et de rire. Aujourd'hui à 26 et 23ans, nous sommes des adultes sains, nous n'avons aucuns problèmes d'autorité, de rapport aux parents.... Bref je me dis que ma mère a eu la bonne méthode et j'élèverais mes enfants de la même manière parce que je n'ai que de bons souvenirs de mon enfance malgré les leçons de morales
Répondre
A
Très chouette article. Je suis glacée par ce que vous décrivez, cela ne donne vraiment pas envie de regarder ces émissions. Votre façon d'analyser les choses me semble très parlante. Je découvre votre blog aujourd'hui avec beaucoup d'intérêt. A bientôt alors !
Répondre
M
Merci pour votre commentaire. A bientot!
A
Bonjour

Je viens de tomber sur ton post est je suis mitigée sur le sujet. Pour moi l'enfant n'est pas responsable de son comportement, c'est simplement un manque de pédagogie, de connaissance des parents. Je ne suis pas "maman" mais simplement une animatrice qualifier, former (oui ça existe).

L'éducation est complexe, dépend de beaucoup de facteur. Dans des cas, comme celui ci, il faut avant tous analysée Pourquoi la petite réagis comme cela. Elle test simplement les limites inexistantes.

Alors, on aime ou pas "super nany" mais mine de rien elle donne des principes fondamentaux, des bases importante que certains parents ne connaissent pas. Je n'aime pas le mot "punition", une punition est un acte bête et méchant sans apprentissage, sans discussion, sans réflexion.
On parle alors de Sanction. Une sanction réfléchis par rapport a la situation initial, elle est expliquer à l'enfants, et peut être même réparatrice.

Les méthodes il en existe par million, je ne pense pas qu'il y est UNE méthode parfaite. Cela c'est prouvé au fils des années. Il faut simplement modérer, écouter, adapté.

Beaucoup de parents sont dépassés, c'est une réalité. Mais je ne peut pas entendre qu'il ne les aimes pas. Loin de là, sinon ils ne chercheraient pas de l'aide.

Pour finir, au lieu d'avoir des "stage d'accouchement" et autre truc qui pour ma part, ne servent à rien. Ou peu. Il devrait y avoir des stages pédagogique pour les futures parents. Apprendre les rythmes et les besoins de l'enfant à tout age. Avoir des mises en situations, avoir des temps de réflexion. Bref un condenser des formations que les professionnels ont au fil de notre carrière. c'est la base, est cela empêcherais pas mal de problèmes.
Répondre
M
Bonjour,
Merci pour votre commentaire.

Concernant les méthodes de SN, effectivement, il y en a qui sont pleine de bon sens. J'ai d'ailleurs identifié celles qui étaient appliquées dans l'épisode.

En réalité, ce qui me choque ici, c'est surtout le fait que ce sont les enfants qui sont stigmatisés, comme s'il y avait le mal en eux. Alors qu'en réalité, il faut reconnaitre qu'il y a peu de tendresse autour d'eux.
L
bon moi j'ai envie de dire, si on arrive pas a en gérer 2, on en fait pas un 3ème.....
Répondre